Ps tu me manques

Note : 6,5/10

Résumé

Juliet et sa maman aime correspondre par écrit. Une habitude que Juliet n’arrive pas à perdre lorsque, tragiquement, sa maman disparaît dans un accident de voiture. Elle continue à lui écrire et dépose ses lettres sur sa tombe.

Un jour, elle découvre que deux mots ont été ajoutés sur sa lettre. SA LETTRE ! Qui ose troubler leur intimité ? Furieuse, Juliet va répondre à ce curieux inconnu. Une étrange correspondance va alors s’installer…

«Est-ce que ça t’arrive d’avoir l’impression que tu as enterré les souvenirs de ta mère dans une boîte et que dès que quelqu’un en sort un tous les autres suivent ? Ca m’est arrivé aujourd’hui.»

Mon avis

Ce livre me faisait de l’oeil depuis un moment, chaque fois que je le croisais en librairie, je regrettais de ne pas l’avoir pris. Et comme je préfère les remords aux regrets, j’ai craqué !

J’avoue avoir été surprise par le style d’écriture, je ne m’attendais pas du tout à un roman jeunesse, pourtant la maison d’édition (Hachette Roman) aurait dû me mettre la puce à l’oreille. Je l’ai apprécié mais le rythme était un peu trop rapide pour moi. J’aime m’attarder sur les mots, les relire. Ici, le page-turner est trop prononcé, je voulais connaître le dénouement à tout prix. Du coup, je l’ai lu rapidement malgré les 440 pages.

La lecture est fluide, il se lit très bien, mais peut-être un peu trop pour le coup. Les descriptions sont parfois trop brèves, un peu survolées et le vocabulaire trop peu varié. Ce sont les seuls points qui m’ont dérangés pendant ma lecture sinon ce n’était que du bonheur.

J’ai adoré les personnages de Juliet et de Declan. Deux adolescents parfaitement opposés mais unis par la tristesse, par la perte d’un être cher. Leur échange épistolaire est très attachant car très personnel, ils se livrent tous les deux sans crainte d’un jugement.

Le domaine de la photographie prime tout au long du roman. La maman de Juliet étant photographe de guerre, elle a transmis sa passion à sa fille. Entre analyses, techniques ou décryptages émotionnels, cette belle passion est très bien abordée.

L’histoire et la morale sont très belles et d’une sensibilité bienveillante. Je vous conseille ce livre si vous avez besoin d’un livre « sans prise de tête », pour vous détendre et vous évader !

«Tu m’as montré ce cliché il y a des années, tu étais en train de me parler du photographe qui l’a pris, je ne me souviens que du cri et des fleurs, du sang et du fusil.»

Informations

Edition : Hachette Roman – Pages : 440 pages – Auteurs : Brigid Kemmerer

Lien Amazon Rendez-vous sur Hellocoton !

Total
1
Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*