1984 - George Orwell

Note : 8,5/10

Résumé

Année 1984 en Océanie. 1984 ? C’est en tout cas ce qu’il semble à Winston, qui ne saurait toutefois en jurer. Le passé a été oblitéré et réinventé, et les événements les plus récents sont susceptibles d’être modifiés. Winston est lui-même chargé de récrire les archives qui contredisent le présent et les promesses de Big Brother. Grâce à une technologie de pointe, ce dernier sait tout, voit tout. Il n’est pas une âme dont il ne puisse connaître les pensées.

Winston refuse cependant de perdre espoir. Il entame une liaison secrète et hautement dangereuse avec l’insoumise Julia et tous deux vont tenter d’intégrer la Fraternité, une organisation ayant pour but de renverser Big Brother. Mais celui-ci veille…

D’une certaine manière, elle sait qu’elle est condamnée, et que tôt ou tard la Mentopolice va la coincer et la liquider. Mais il y a aussi une part d’elle qui croit encore qu’on peut se construire un monde secret dans lequel vivre à sa guise. Il suffit d’un peu de chance, d’astuce et de culot. Elle ne comprend pas que le bonheur n’existe pas, que la seule victoire possible appartient à un avenir lointain qu’on ne verra jamais de son vivant, et que le jour où l’on déclare la guerre au Parti, mieux vaut se considérer d’ores et déjà comme un cadavre.

Mon avis

Je me sens si petite d’écrire sur l’oeuvre 1984 de George Orwell. Je ne vais pas écrire une chronique comme les autres en énumérant les points forts et faibles etc. C’est simplement un classique que tout le monde devrait lire. Pour ma part, j’ai profité de la réédition de Gallimard avec la nouvelle traduction pour enfin me lancer. Alors oui, il y a des longueurs et certains passages sont à relire plusieurs fois pour en saisir correctement le sens. Mais le message est tellement important…

Il porte sur les dérives du pouvoir de l’Etat (nommé Parti ou Big Brother dans le livre) cherchant toujours plus à stopper la pensée et les sentiments des êtres humains. Par tous les moyens qui soient, par la modification du langage et du passé jusqu’à la torture. Si le Parti déclare que 2+2 font 5, il faut penser tel quel et oublier sa propre raison.

Est-ce de l’anticipation ? Impossible à dire à l’heure actuelle mais si on creuse un peu, certains diront que nous avons déjà un pied dedans.

J’espère que vous vous lancerez dans cette oeuvre qui est pour moi incontournable 🙂 ! Bonne lecture à tous 🙂 !

Il se met à penser avec un certain ébahissement à l’inutilité biologique de la peur et de la douleur. A la trahison du corps qui se fige dans une forme d’inertie quand on lui demande un effort particulier. Il aurait pu faire taire la fille s’il avait agi vite. Mais précisément face à l’imminence du danger, il a perdu tout pouvoir d’agir. Il est frappé de découvrir que, dans les moments de crise, on ne se bat jamais contre un ennemi extérieur, mais toujours contre son propre corps.

Informations

Edition : Gallimard – Collection : Du monde entier – Pages : 384 – Auteur : George Orwell – Traduction : Josée Kamoun

Lien Amazon Rendez-vous sur Hellocoton !

Total
7
Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*